Retour page d'accueil

Retour sommaire communiqués

Les élus de TOULOUSE favorables à une rue au nom de Pierre SEEL dans la ville.

L’association civile homosexuelle du devoir de mémoire, les « Oublié(e)s » de la Mémoire, se félicite de la prise de position des élus de la majorité et de l’opposition de la ville de Toulouse pour donner le nom de Pierre SEEL à une rue de la ville.

Nos différents entretiens et rencontres, depuis des années, auprès des personnalités politiques locales, concernant notre demande pour la nomination d’une rue à notre témoin de l’Histoire porte ses fruits car elle est en passe de voir le jour.

Nous avons été très touchés des discours des élus lors de la cérémonie au monument aux morts de Toulouse du 17 juin 2006 pour la commémoration en mémoire des déportéEs internéEs homosexuelLEs européenNEs, que nous avons organisée avec la participation du tissu associatif LGBT toulousain et national. En effet, Madame Yvette BENAYOUN-NAKACHE, Conseillère Régionale de Midi-Pyrénées et Conseillère municipale de Toulouse représentant le Président Martin MALVY puis le Docteur Gérard NAON, Conseiller Municipal de Toulouse représentant le Maire Jean-Luc MOUDENC ont pour la première fois dans la vie politique toulousaine exprimé officiellement le souhait de la mise en place de cette plaque. Nous ne pouvons ici que les en remercier.

Lors du dernier conseil municipal, le 30 juin 2006, Madame Yvette BENAYOUN-NAKACHE a renouvelé sa position devant l’assemblée. La commission des dénominations des rues a maintenant enregistré la demande. Nous ne pouvons qu’espérer une suite favorable à cette reconnaissance de mémoire.

Les « Oublié(e)s » de la Mémoire souhaite voir ajouter en respect du combat de Pierre SEEL sur la plaque, en plus de son nom et sa date de vie, la mention suivante : « Déporté français pour homosexualité ».

Il fût, l’une des 210 personnes arrêtées sur le territoire français occupé par l’armée nazi (chiffres en l’état actuel des recherches historiques). Déporté et interné dans les camps du Struthof et de Schirmeck, en Alsace, il mena son combat d’acceptation et de reconnaissance pendant ces 24 dernières années. Citoyen de Toulouse, il y décéda à l’âge de 82 ans, le 25 novembre 2005.

Découvrez la coupure de presse relative à cet évènement : Dépêche du Midi du 14 juillet 2006


Les "Oublié(e)s" de la Mémoire ©
dernière mise à jour : 11 juillet 2006