Retour page d'accueil

Retour sommaire communiqués

 

Programme :
recto - verso

Reportage Photos
(à venir)

Revue de Presse :

Dépêche AFP [PDF]

Extrait Journal
FRANCE-INTER
[MP3]

 

16 mai 2009 - Hommage aux Victimes de l'homophobie dans l'Histoire
Carré des personnalités - de gauche à droite : Philippe Couillet, Marie-Pierre de la Gontrie, Bruno Julliard, Rama Yade, Louis-Georges Tin, Richard Jean Baptiste, Julien Landel, Nicole Borvo-Cohen-Seat et Jacques Lizé.  Photo F. Brejcka - DR

Actualités

Cérémonie d’hommage national aux victimes de l'homophobie dans l'Histoire, le 16 mai 2009

Dans le cadre de la semaine consacrée à la Journée Internationale contre l’homophobie (IDAHO), s’est déroulée, samedi 16 mai 2009 en fin de matinée, une cérémonie d’hommage national aux victimes de l’homophobie dans l’Histoire, rassemblant quelque cent-cinquante participant-e-s au square de l’Ile-de-France sur l’Île de la Cité à Paris.

 

Cet événement, organisé par l’association Les « Oublié(e)s » de la Mémoire, a reçu le patronage de Mme Rama Yade, Secrétaire d’État chargée des Affaires Étrangères et des Droits de l’Homme. C’est aussi la première fois qu’un membre du gouvernement honore et préside officiellement une manifestation organisée par une association LGBT.

Dans un premier temps, nous avons rendu hommage aux Déportés, notamment à ceux pour motif d’homosexualité, victimes de l’homophobie dans l’Histoire.

Rehaussée par la prestation du Chœur Melomen, cette commémoration a pris cette année un éclat particulier et la lecture du poème d’un Déporté de Sachsenhausen en 1942 a plongé l’assistance dans une profonde émotion.

La Ministre, les autorités et les représentants des associations L.G.B.T. (lesbienne, gai, bi et trans) sont ensuite descendus dans la Crypte pour procéder à un dépôt de gerbes ministérielle, municipale et associative, cette dernière portant un bandeau blanc avec l’inscription «aux victimes de l’homophobie dans l’Histoire»

La cérémonie s'est poursuivie avec les interventions du monde associatif LGBT.

Philippe Couillet (président de l'association Les "Oublié(e)s" de la Mémoire) a rappelé que malgré la reconnaissance progressive de la déportation pour motif d’homosexualité, l'exclusion qui continue à frapper les personnes LGBT dans leur quotidien.

Extraits de son discours (à retrouver ICI en intégralité) :
« …Je voudrais, au nom des « Oublié(e)s » de la Mémoire, remercier, le Conseil de Paris, qui a répondu à notre vœu – présenté par le groupe des élus communistes -, par un vote à l’unanimité, le 12 mai dernier, d’une résolution intégrant la mémoire de la déportation pour motif d’homosexualité, lors des cérémonies de la Journée du Souvenir (fin avril), dans toutes les mairies d’arrondissement de Paris… »
En rappelant le dernier bûcher d’homosexuels sur l’ancienne place de Grève (fin du 17ème siècle), il a ouvert une parenthèse sur l’actualité : « Ironie de l’Histoire, sur cette même place, actuelle Place de l’Hôtel de Ville, se déroule en ce moment une importante campagne de collecte de sang ; collecte dont nous sommes exclus et que nous sommes condamnés à être des citoyens de seconde zone. Ce refus est un acte de discrimination d’État. Nous ne pouvons plus l’accepter. »

C'est tout particulièrement le cas chez les jeunes comme l'a confirmé Jacques Lizé (président de SOS Homophobie) qui citait le cri de désespoir reçu tard la vieille même par un collégien au bord du suicide. 

Extrait de son discours (à retrouver ICI en intégralité) :
« Le suicide est un meurtre sans coupables, mais certainement pas sans responsables. Je voudrais vous donner lecture d'un témoignage reçus cette nuit, à 23h44, sur notre site Internet, en provenance de Loire Atlantique.
"Je n'en peux plus ... Tant de personnes qui ne me comprennent pas, qui m'insultent, me rabaissent et qui me mettent plus bas que terre ... J'en peux plus ... Insultes, coups, brimades ... Ma vie de collégien est un enfer ... Pourquoi moi ? J'en ai marre de vivre, marre de tout ça ... est-ce une vie ? Je ne sais pas ... Peut être que je le mérite ... je n'avais qu'a pas être comme çà..."
Pendant que je vous parle, peut être, sans doute, quelque part dans notre pays, une personne LGBT subit la violence ou met fin à ses jours. C'est à elle ou lui, victime ici et aujourd'hui, que je dédie cette cérémonie. »

Enfin Louis-Georges Tin (président du Comité IDAHO) a rappelé le thème de l'IDAHO cette année était la lutte contre la transphobie.

Les trois présidents d'association ont aussi souligné le manque aujourd’hui d’un lieu mémoriel national consacré aux victimes de l’homophobie et la transphobie, alors que nous en trouvons dans beaucoup de grandes villes européennes.

M. Jean-Baptiste Richard, représentant Mme Dominique Bertinotti, Maire du 4ème ardt. de Paris, a ensuite pris la parole en parlant des « victimes de cette haine de l’autre » en rappelant que « dans nos démocraties, et ici-même à Paris récemment, des agressions verbales et physiques montrent que le combat reste une nécessité impérieuse ». [Discours, à retrouver ICI en intégralité]

Mme Rama Yade, Secrétaire d’État chargée des Affaires Étrangères et des Droits de l’Homme a clôturé cette cérémonie par une allocution axée sur les actions menées par son ministère et les services diplomatiques français afin d'arriver à « une véritable universalité des droits de l’Homme dans le monde ». Avant de conclure sur la nécessité de maintenir vivante la mémoire de celles et ceux qui ont souffert et sont mort-e-s pour avoir voulu «  vivre librement leur sexualité », elle a salué « l'action juste, méritante, digne » de notre association en ce sens. [Discours, à retrouver ICI en intégralité]

La ministre, les autorités et les présidents d’associations ont salué les porte-drapeaux et ont signé le Livre d'Or. Mme Rama Yade s’est ensuite entretenue quelques instants avec les invité-e-s, avant de nous quitter.

Cet événement fût l’occasion de souligner que malgré la reconnaissance officielle par le gouvernement français en 2008 de l’IDAHO, nous observons encore en France plusieurs actes de grande violence homophobe qui bafouent les principes mêmes de notre société, en portant atteinte à la liberté et au respect de la personne humaine.

A cette occasion, nous demandons une plus grande implication des institutions en matière de lutte et de prévention contre les LGBTphobies, en mettant en place des opérations de sensibilisation et d’information contre tous les types de violences et d’exclusions dont souffrent les personnes LGBT.

Philippe COUILLET
Président de l’association
Les «Oublié(e)s» de la Mémoire

ÉTAIENT PRÉSENTS OU REPRÉSENTÉ(E)S

Parmi les personnalités publiques et politiques, nous avons pu noter la présence de :

- Mme Nicole Borvo-Cohen-Seat, sénatrice de Paris ;
- M. Bruno Julliard, adjoint au Maire de Paris, chargé de la Jeunesse, représentant M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris ;
- M. Richard Jean Baptiste, adjoint au Maire du 4ème ardt. de Paris, représentant Mme Dominique Bertinotti, Maire du 4ème ardt. de Paris ;
- M. Julien Landel, Conseiller d'arrondissement délégué à la démocratie participative du 4ème arrondissement de Paris, représentant le Maire du 4ème ardt. ;
- M. Pascal Joseph, adjoint au Maire et délégué Mémoire-Monde Combattant du 20ème ardt. de Paris ;
- Mme Marie-Pierre de la Gontrie, vice-présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France, secrétaire nationale du Parti-Socialiste, représentante de Mme Martine Aubry, première secrétaire du Parti-Socialiste ;
- M. Joseph Zimet, conseiller mémoire du Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants ;
- M. Jean-François Jobez, directeur interrégional des Anciens Combattants d’Ile-de-France ;
- M. Philippe Lasnier, chargé de mission auprès du Porte-parole du Maire de Paris, représentant le Cabinet du Maire de Paris ;
- M. Richard Sanchez, représentant Mme Marie-George Buffet, Secrétaire nationale du Parti Communiste Français ;
- M. Jean-Claude Legrand, président d’«Agir pour les Conseillers municipaux».

Le monde L.G.B.T. (lesbien, gai, bi et trans) fut largement représenté grâce à la présence des présidents et représentants des associations : A.P.G.L.Act Up - Café Lunettes Rouges - A.S.M.F. - Centre LGBT Paris - Collectif Homoboulot (ALGO - Comin-G - Gare ! - Homobus) - Comité IDAHOContact - David & JonathanFlag !GayLib - Inter-LGBT - Nef des Fiertés ORTrans (Objectif Respect Trans) - Rainbow Hôpital - Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - SOS Homophobie et Tjenbè Rèd !

N'oublions pas la participation active du chœur Mélomen, sour la direction de John Dawkins, ainsi que la présence d’autres bénévoles et militants associatifs LGBT, ainsi que des anonymes venus ainsi s’unir pour cette action mémorielle.

Le monde de la mémoire était représenté, notamment par les porte-drapeaux des associations suivantes, qui ont rendu cette célébration des plus solennelles : Union des Déportés d'Auschwitz, Anciens de la "Jeanne d'Arc", Union Nationale des Combattants 19ème arrondissement, UNDIVG (Union Nationale des Déportés, Internés et Victimes de Guerre), ANFONAA (Association Nationale des Fonctionnaires d’Origine Nord Africaine et leurs Amis), Comité d’Entente des Anciens Combattants de la RATP Résistants Déportés et Les «Oublié(e)s» de la Mémoire Paris.

M. Laurent Bellini, ancien chef du protocole du Ministère aux Anciens Combattants, a orchestré et présenté cette cérémonie avec la sobriété et le respect de circonstance.

Cet événement n’aurait pu avoir lieu sans le concours du Maire de Paris et la Ville de Paris, pour l’autorisation d’utilisation du domaine public et son soutien logistique de sonorisation, ainsi que la Direction interrégionale des Anciens Combattants d’Ile-de-France (Ministère de la Défense) pour nous avoir permis d’accéder au Mémorial national de la Déportation.

 


Les "Oublié(e)s" de la Mémoire © - dernière mise à jour : 17 mai 2009